Edition indépendante Angers 49 - Pays de Loire

NOS AUTEURS

Albert Hude
Albert Hude : auteur du petit pavé

NOS COMPTOIRS DE VENTE



COMPTOIR RURALIVRE
La Boutique du Livre & Imprimé
49320 Brissac-Quincé

SIEGE SOCIAL
49320 St Jean des Mauvrets

ESPACE L'AUTRE LIVRE
75005 Paris

COMPTOIR SPE
75015 Paris

Retrouvez-nous sur Facebook

L'ACTUALITÉ du Petit Pavé13-04-2010

Le Mystre Valogne - Photo valogne_0.jpg

Le Mystère Valogne

Que savons-nous au juste de cet auteur du Petit Pavé ? Qu’il habite Carnac et que sur la boîte aux lettres de cette maison traditionnelle au toit de chaume est inscrit Delaunay. Né d’un père breton et d’une mère normande, nous précise-t-il, Carnac est donc peut-être un retour aux origines paternelles, et Valogne, peut-être pas une coïncidence. Constance dans les discussions avec Jean Valogne : le goût de l’aventure, des voyages et des mystères. Tlemcen, Constantine et Mascara. Cet aveu l’oblige à révéler qu’il fut un temps dans sa jeunesse sous-officier de Spanis, en Algérie. Il connaît également bien la Guinée, Cayenne et la Guadeloupe. On devine une carrière militaire, mais non ! deuxième aveu pour démentir, il n’était que chef de secrétariat à la Direction des Postes. Une ficelle un peu grosse pour faire le lien avec un homme de lettres. Surtout que Jean Valogne, nouvel aveu, au mot lettres poursuit avec un : «peut-être Les Lettres de mon Moulin.» Il est ou a été possesseur d’un moulin à vent à Bannieux, dans le Vaucluse. D’une ruine il aurait fait un moulin doté de ses ailes qui est devenu son atelier de peinture et de «sculture» [sic]. Tout ceci mène au moins au roman d’aventure, si ce n’est à la littérature, et ce que nous pouvons lire sur Jean Valogne, faute d’en savoir plus sur l’auteur, nous conforte dans notre premier sentiment, c’est-à-dire qu’il est, à la façon de Blaise Cendrars lui-même, un roman que l’on trouve plus ou moins transposé dans ses livres. En conclusion, nous n’en savons pas plus sur l’identité réelle et sur le passé de l’écrivain, si ce n’est soixante-dix titres annoncés comme édités (par qui ? sous quel nom ?), à cela il faut ajouter l’auto-édition (il le prouve en ouvrant ses armoires), soit au total près de cent cinquante titres écrits. Si tout est vrai, Jean Valogne serait le plus important (au moins par la quantité) écrivain vivant. Mais comme pour nous remettre les pieds sur terre, la dernière confession de Jean Valogne est, malgré un prix littéraire (où ? quand ? sous quel nom ?) : « L’art comme la littérature ne nourrit pas, et en plus, que faire de tous mes livres, tous mes manuscrits, toutes mes archives ? A mon âge il est temps d’y songer. »


Toutes les actualités